Astuces et conseils pour bien choisir son assurance vie

Bien choisir son assurance vie

Souscrire à un contrat d’assurance vie est une chose, en trouver un avec des frais minimes est une toute autre histoire. Il s’agit du placement privilégié des Français permettant à la personne concernée de bénéficier d’une belle somme en fin de vie ou de léguer un fond respectable pour ses successeurs. Plusieurs formules vous sont donc proposées, ce qui ne facilite pas le choix. Voici alors 5 conseils pour choisir votre contrat d’assurance sans vous tromper.

Poursuivez vos recherches jusqu’à trouver le bon assureur

Vous pouvez vous procurer un contrat auprès de différents acteurs à commencer par les assureurs, les banques en ligne et de nouveaux experts dans le domaine que vous trouverez sur internet. Plutôt que de signer tête baissée, essayez de rassembler les informations relatives aux distributeurs. Assurez-vous qu’il s’agit d’établissements fiables qui méritent pour votre confiance avant de leur confier votre argent.

Il est à noter que l’État se tient garant jusqu’à un seuil de 70 mille euros par contrat et par assureur. Par ailleurs, il est vivement recommandé de souscrire au plus grand nombre possible de contrat et de vous diriger vers différentes banques. En réalité, un établissement d’assurance a la possibilité d’être distribué par plusieurs distributeurs en proposant aux clients des contrats et formules différentes.

Rappelons que ce type d’assurance est un placement financier non soumis aux restrictions imposées par le livret A, le PEL et le PEA.

Prêtez une attention particulière aux unités de compte

En se penchant sur le sujet, on constate rapidement que les investisseurs particuliers sous-estiment l’importance d’une comparaison entre les supports d’investissement, les unités de compte en l’occurrence que les assureurs fournissent dans leurs contrats. Pourtant, cette initiative est fortement conseillée à tous ceux qui souhaitent obtenir une assurance vie. Pour faire votre choix, vous ne pouvez certainement pas faire l’impasse des écarts de frais ou du rendement de fonds en euros.

Attention toutefois à la composition du fond en euros ! Il est considéré comme l’enveloppe sécurisée de ce type d’assurance. Il convient alors de se demander si l’assureur utilise ses réserves pour assurer le capital investi. C’est le gestionnaire de fonds qui doit fournir une diversification suffisante pour mieux gérer vos fonds en euros comme des investissements immobiliers et des actions par exemple.

Plusieurs dispositions ont alors été entreprises, notamment à la suite de la loi sapin 2, mise en vigueur à partir du 8 novembre 2016. Depuis, les établissements d’assurance proposent des contrats qui marquent une nette prédilection pour les unités de compte. Cette nouvelle injonction permet de mieux se préparer aux taux relativement bas. Certains d’entre eux, si ce n’est la plupart, imposent le versement d’un minimum de 30 % en UC sur des unités de compte.

Prenez en considération tous les frais liés au contrat d’assurance

Il est important de signaler que les assurances vie impliquent des frais réguliers. Voici ci-dessous la liste des dépenses dont vous devez tenir compte :

  • Les frais de management : Appelés aussi frais de gestion, il s’agit des dépenses les plus importantes. Une déduction annuelle est ainsi réalisée sur le montant de votre placement financier, ce qui réduit la rémunération du fonds placés sur votre épargne.
  • Les frais d’arbitrage : Si vus changez d’unité de compte ou de support, des frais vous seront imputés. Cette dépense correspond à plusieurs situations à commencer par la vente d’un fonds pour se procurer un nouveau. Gardez alors en tête ces frais pour savoir combien d’arbitrage vous pouvez vous permettre.
  • Les frais de versement : Cette somme sera déduite de votre versement de manière directe. Autrement dit, sur 10000 euros, seuls 9700 seront placés sur votre compte : ce qui équivaut à 3 %. Il s’agit alors des frais les plus grands que vous devez prendre en charge en souscrivant à un contrat assurance vie.

À savoir : La 3ème catégorie de frais a de grandes répercussions sur ces placements financiers. Acquérir un bon rendement à travers votre assurance devient, dans ce cas, difficile. Pour cette raison, de nouveaux assureurs proposent des formules en ligne en évitant au client les frais de versement. Ces assurances dites « nouvelle génération » valent largement le coup !

Examinez les options

Les options de gestion peuvent être proposées en toute gratuité chez bon nombre d’assureurs. Mais ce n’est pas le cas chez tous les établissements d’assurance. En effet, certains d’entre eux imposent :

  • Un prélèvement sur les encours confiés
  • Une tarification forfaitaire
  • Des frais comptés dans le montant arbitré

Ces prélèvements sont réalisés à la fin de chaque opération financière. Voici ci-dessous les options auxquelles vous pouvez accéder en souscrivant à un contrat d’assurance :

  • Le rééquilibrage automatique : Cette option vous donne la possibilité de conserver le choix de base de répartition de l’épargne qui a subi des modifications à cause des fluctuations que le marché a connues. Cela permet de céder les plus-values des supports performants et de réaliser des investissements plus profitables sur ceux qui ont moins de valeur.
  • L’investissement progressif : Cette option offre à l’assuré la possibilité d’échelonner ses investissements. Une telle démarche lui évite d’investir de gros montants à un moment inapproprié. Les supports « dynamiques » sont alors protégés grâce à ces supports dits « prudents ».
  • Sécuriser les plus-values : Les intérêts d’une assurance sont acquis lorsque les plus-values ont pu atteindre un seuil préalablement défini sur un support du type dynamique. Ils sont alors arbitrés vers un fonds monétaire ou fonds euros, en d’autres termes, sur un support sécurisé.

Ne négligez pas les options de prévoyance

Ne faites pas comme beaucoup de nouveaux assurés mal informés. Les options de prévoyance méritent bel et bien une attention particulière. Ce sont ces clauses qui assurent la transmission d’un montant minimum après le décès.

En cas de doute, optez pour la garantie plancher : la plus commune notamment grâce à son excellent rapport qualité/prix. Dans ce cas, le total des versements réalisés sur le contrat vous sera, au minimum, restitué. Il vous est également possible d’invoquer la garantie cliquet qui vous donne le droit d’obtenir la plus grande valeur de l’enveloppe. Pour finir, il y a la garantie majorée permettant à l’assuré de fixer lui-même le montant du versement escompté.

Chez certains établissements d’assurance, ces options sont proposées de manière systématique. Néanmoins, d’autres assureurs demandent une souscription spéciale pour bénéficier de ces options. À vous de vous renseigner avant de signer le contrat afin d’éviter toute méprise.


Plan du site